Investir dans des fonds d’investissement : un placement intelligent ?

|

Investir dans des fonds d’investissement : un choix avisé ?

Des taux d'intérêt bas, un rendement faible et des perspectives de prévoyance vieillesse défavorables : placer ses économies n’est pas si évident que ça en a l’air. Les placements financiers traditionnels tels que l'argent liquide, les dépôts à terme et les livrets d'épargne sont désormais beaucoup moins rentables, et cela depuis longtemps. C’est pour cette raison, qu’ il est judicieux d'investir votre argent dans des fonds. Aujourd'hui, les personnes qui n'ont encore jamais eu affaire à cela, se posent beaucoup de questions à ce sujet – mais vous verrez, ce n'est pas si difficile !

De nombreuses banques sont au bord de la faillite. Les investisseurs craignent pour leur patrimoine, la prochaine grande crise financière est à nos portes. Un jeune homme d’affaires néerlandais a eu une idée de génie : pourquoi des investisseurs privés d’horizons très divers ne mettraient-ils pas leur argent dans un pot commun afin de l’investir avec le meilleur rendement possible ? Le risque des investisseurs est, grâce à la forte dispersion, diminué même dans le cas de petits montants et la répartition peut toujours être adaptée à la situation actuelle de la bourse. Le premier placement de capital est né en 1774.

Depuis lors peu de choses ont changé quant au mode de fonctionnement des fonds communs de placements. Seule la sélection s’est considérablement agrandie : le marché financier a littéralement explosé au cours des dernières décennies. Le patrimoine investi de nombreux investisseurs est investi dans les titres et obligations les plus diverses. Cela ne facilite par ailleurs pas la tâche si on souhaite justement commencer à investir son argent dans des actions ou des fonds. Qu’est-ce qui fait la différence entre les différents fonds communs de placement ? Mon patrimoine est-il en sécurité ? Combien d’argent dois-je placer ? Dans quel domaine dois-je investir ?

Quels fonds peuvent seulement servir à placer de l’argent ?

Ceux qui s’informent un peu constateront qu’il y a des options très différentes sur le marché financier. Elles se distinguent surtout par classes d’actifs.

Aperçu général des types de fonds

  • Par classes d’actifs : fonds d’actions, de pension, immobiliers, de matières premières ou fonds mixtes
  • Par mode de gestion : actif ou passif (fonds indiciels)
  • Par limitation de capital : ouvert ou fermé
  • Par mode de versement de dividendes : à distribution ou à thésaurisation

Les fonds d’actions contiennent un assemblage de différentes actions qui peuvent connaître des évolutions très variées. Le risque varie selon le mélange et la dispersion des actions.

Dans le cas des fonds obligataires, on investit dans des titres de pensions et d’obligations d’entreprises ou d’États qui souhaiteraient prêter de l’argent pour une certaine durée et à un certain taux d’intérêt. Plus la durée résiduelle des obligations est longue, plus la valeur de ces dernières fluctue. Les durées résiduelles courtes et des débiteurs assurés sont plus sûrs.

Les Fonds immobiliers investissent dans des immeubles commerciaux loués, plus rarement aussi dans des immeubles d’habitation. Le développement de la valeur dépend par conséquent fortement des rendements locatifs futurs et de la valeur des immeubles.

Les fonds de matières premières se concentrent, comme le trahit déjà leur nom, sur des matières premières telles que l’or, l’argent, le platine, le pétrole et le gaz. On investit dans les matières premières elles-mêmes ou dans des parts dans des entreprises de l’industrie des matières premières.

Les fonds mixtes investissent dans différentes classes d’actifs et forment ainsi un mix, par exemple d’actions, d’obligations, de matières premières et d’immeubles.

Les fonds indiciels reproduisent un certain indice, par exemple un indice d’actions. Ici aussi, on a le choix entre les classes d’actifs les plus diverses, outre les actions aussi donc les rentes ou les immeubles. Ces fonds sont également dits passifs, parce qu’il n’y a pas de gestionnaire de fonds pour gérer le patrimoine. Ceci comprend par exemple les ETF.

Ouvert = illimité quant au nombre des investisseurs qui peuvent y acquérir des parts, normalement par le biais de banques et d’instituts financiers, les sociétés de fonds ou directement à la bourse. Des petits investissements sont également possibles. Les fonds ouverts conviennent de ce fait idéalement en tant que placement financier pour les personnes privées.

Fermé = une certaine somme en capital est rassemblée pour un projet assez important. Il pourrait s’agir par exemple immeubles, participations dans des médias, des navires ou des entreprises. Lorsque toutes les parts du fonds sont vendues, plus aucun nouvel investisseur ne peut acheter de part. Il s’agit la plupart du temps une période d’investissement assez longue et des sommes investies relativement importantes. C’est la raison pour laquelle cette forme de placement financier est peu souple, souvent peu transparente et peut être liée à un risque relativement élevé.

À thésaurisation = les produits obtenus sont, dans le cas des fonds à thésaurisation, directement réinvestis dans des parts de fonds supplémentaires et contribuent ainsi à l’effet de l’intérêt des intérêts.

À distribution = les produits obtenus sont régulièrement, par exemple chaque année, distribués sous la forme de dividendes aux investisseurs. L’argent doit donc être réinvesti manuellement par tes soins ou être utilisé autrement.

Prévoir son propre avenir de façon sensée tout en faisant une bonne action ? C’est également possible avec un placement financier durable « vert ». Il n’existe malheureusement pas d’identifications uniformes jusqu’à présent, raison pour laquelle il faut soi-même s’informer au préalable où l’argent placé sera investi.

Beaucoup de placements financiers durables s’orientent d’après les critères ESG, c’est-à-dire « Environment » (environnement), « Social » (social) et « Government » (gouvernance d’entreprise). Les investissements vont de façon ciblée dans des entreprises ou des projets qui soutiennent l’environnement ou la société, par exemple à travers le développement de nouvelles technologies ou la protection de l’environnement. Les fonds d’actions verts choisissent seulement des entreprises qui ont des activités durables, par exemple à travers des conditions de production, des émissions réduites et des conditions de travail équitables.

Certains secteurs tels que l’énergie atomique ou l’industrie de l’armement sont complètement exclus, tout comme les entreprises qui fonctionnent sans éthique, par exemple en recourant au travail des enfants.

Quels fonds communs de placement répondent à vos besoins ?

Un conseiller financier vous montre ce qui vous convient.

Comment dois-je investir mon capital dans des fonds ?

Il faudrait en premier lieu recevoir le plus d’intérêts possibles pour son propre argent. Il n’existe malheureusement pas de placement financier sûr à cent pour cent avec un faible risque et assorti simultanément des rendements fantastiques – vos propres objectifs et préférences doivent néanmoins être pris en compte lors du choix du fonds.

Dans quels fonds devrais-je investir ?

Les investisseurs n’ont que l’embarras du choix. Nul ne voudrait en fin de compte confier ses économies sans avoir fait de choix d’un gestionnaire de fonds étranger et dans le pire des cas perdre beaucoup de valeur. L’évolution du fonds par le passé ne permet malheureusement pas de tirer des conclusions pour l’avenir. Comment peut-on alors savoir où trouver les meilleurs rendements ?

Il est judicieux de porter un regard plus attentif sur les frais, donc par exemple sur les frais courants de la gestion et les frais d’émission, les frais uniques dus lors de l’achat. Ce qu’on appelle le Total Expense Ratio (TER) donne de l’information sur les coûts annuels. Des frais plus élevés réduisent bien entendu les rendements – dans le même temps, les fonds les plus appréciés ayant un gestionnaire expérimenté et de bonnes évaluations sont un peu plus chers que les autres. Une comparaison des coûts a donc du sens, mais on devrait se garder de regarder seulement le meilleur prix. Bon marché n’est pas toujours la meilleure option  !

Il faut réfléchir au préalable si on préfère la sécurité ou si on est davantage prêt à prendre des risques. Les fonds d’actions offrent par exemple de meilleures perspectives d’obtenir des rendements élevés que les fonds obligataires, mais sont simultanément soumis à de plus grandes fluctuations. Le principe est le suivant : plus grande est la dispersion, plus faible le risque. La perte de valeur de certains actifs peut être en effet compensée par d’autres. Les placements financiers très concentrés, qui se concentrent par exemple sur certaines régions ou secteurs sont par conséquent plus risqués que les placements à forte dispersion.

Il est donc idéal de choisir un fonds d’actions qui investisse dans des secteurs et des pays très variés. Un fonds obligataire doté de durées courtes et des obligations contractées auprès de débiteurs aussi sûrs que possible, par exemple d’États ayant de bonnes notations de crédit, vient conforter la sécurité.

Les ETF sont-ils raisonnables ?

Comme les ETF (Exchange Traded Funds) reproduisent strictement un indice et n’ont pas besoin de gestionnaire comme les fonds d’actions gérés de façon active.

L’inconvénient des ETF est que l’on doit commencer par acquérir une bonne connaissance de base. Le temps nécessaire à cela est donc dans ce cas assez important – tant dans la planification, la recherche et le choix des ETF que dans la gestion ultérieure du placement. La gestion en propre comporte nécessairement le danger de décisions émotionnelles. Ces ainsi que de nombreux investisseurs réagissent à des effondrements à court terme des cours avec des ventes paniques, qui entraînent de grandes pertes.

Un expert par contre connaît le marché financier et sent quand il faut entrer ou sortir. C’est surtout dans les temps de crises et lorsque les cours chutent que l’expérience d’un gestionnaire de fonds, qui suit une stratégie judicieuse pour différentes situations de marché financier et fait en temps utile des arbitrages en faveur de formes de placement moins risquées, s’avère précieuse. Les ETF en revanche s’effondrent comme tous les fonds d’indices parallèlement aux cours.

Enfin de compte, le choix est une affaire de type. Si on dispose plutôt de peu de temps et si on souhaite être plus à l’aise, un fonds géré par un expert qui vous déleste de ce fardeau constitue sans doute le meilleur choix. Est-ce qu’une combinaison des deux options peut être prise en compte ? Vous pouvez par exemple essayer de bâtir votre propre plan d’épargne ETF en gestion propre. Certains priorités et sujets ne peuvent cependant pas être réalisés avec des ETF du fait qu’un indice correspondant fait défaut.

Comment fonctionne un plan d’épargne en fonds ?

Vous pouvez faire un investissement unique, mettre en place un plan d’épargne ou combiner les deux. Dans le cas d’un investissement unique, un montant assez important est investi dès le départ, de façon à ce que votre capital travaille dès le départ et produise des intérêts.

Si vous disposez d’une somme assez importante ou souhaitez économiser régulièrement en sus du paiement unique, vous pouvez mettre en place un plan d’épargne en fonds. Vous payez dans ce cadre à des intervalles réguliers, par exemple chaque mois, de montants relativement faibles. Le niveau du taux d’épargne peut généralement aussi être encore adapté plus tard voire provisoirement être mis entre parenthèses.

Les différents moments choisis pour les achats permettent de compenser les fluctuations du marché financier sans devoir réfléchir au « bon » moment pour entrer.

Combien de temps dois-je investir dans des fonds ?

Au plus longtemps vous le ferez, et mieux ce sera ! Les fonds communs de placement sont des placements financiers à long terme qui conviennent de ce fait idéalement pour la prévoyance vieillesse privée et la sécurisation de l’avenir. Le minimum absolu pour un investissement dans des fonds d’actions se situe entre sept et dix ans, faute de quoi il se pourrait que l’on doive vendre à un moment défavorable en perdant de l’argent. Pour compenser les fluctuations des cours, au moins 15 années sont recommandées. Les analyses ont montré qu’une durée de 20 à 30 ans de placement financier permet même d’obtenir des rendements vraiment élevés – en dépit de chutes et de crises intermédiaires.

Pourquoi investir de l’argent dans des fonds – quels sont les avantages ?

En faisant le bon choix et en adoptant la bonne marche à suivre, cette forme de placement financier présente certains avantages :

  • Les parts de fonds sont liquides, et peuvent par conséquent être revendus à tout moment en fonction des besoins.
  • Le risque est bien moindre que pour des actions individuelles et peut être encore minimisé par une large dispersion.
  • Même avec des petits montants, on peut investir dans des formes de placement globales et largement diversifiées en bâtissant ainsi du patrimoine à long terme.
  • Il est possible de (faire) investir confortablement de l’argent en confiant ce travail à un gestionnaire de fonds expérimenté.
  • A long terme les intérêts et les rendements sont supérieurs à ceux des placements financiers traditionnels tels que les livrets d’épargne, les comptes à vue et les comptes à terme.
  • Le capital est placé à long terme, toujours adapté aux développements de valeur actuels voire durablement investi si souhaité.

Conclusion : les fonds sont une bonne idée de placement financier...

...si on a bien conçu et planifié son plan d’épargne en fonds !

Ce n’est pas sans raison que cette forme de placement financier n’a cessé d’être de plus en plus appréciée au cours de ces dernières années, surtout du fait des faibles taux d’intérêt des comptes à vue et des comptes à terme. De nombreux milliards d’euros sont gérés chaque année par des sociétés de placement. Pour compenser l’inflation, un certain rendement est nécessaire pour l’épargne, ce qui n’est tout simplement pas ou plus réalisable avec la plupart des autres placements financiers.

Lorsqu’on aborde le sujet des placements financiers, nul ne peut plus ignorer les fonds communs de placement, les actions et la participation à la bourse. Pour cela il ne faut même pas disposer de vastes connaissances financières ou d’un énorme budget – même des petits montants croissent à long terme jusqu’à constituer un capital appréciable. Il est assurément judicieux de formuler préalablement ses souhaits et conceptions et d’aborder ces thèmes avec un expert.

D’ailleurs : le fonds d’origine néerlandaise du 18ème siècle n’a pas seulement obtenu des rendements profitables, mais il a même perduré pendant 114 années en tout !

Aimeriez-vous vous aussi économiser judicieusement ?

Faîtes-vous conseiller par un conseiller financier sur le sujet des placements financiers.